Qui n’a jamais rêvé de toucher « le gros lot » ? 

Même si les plus optimistes pourraient dire que l’argent ne fait pas le bonheur, qui d’entre vous chers lecteurs,  n’a jamais espéré gagner une grosse somme d’argent ? Qui n’a jamais envisagé qu’avec une telle somme, il pourrait faire plaisir à ses proches, partir en voyage (un tour du monde pour les plus gourmands), ou se dégoter l’objet tant convoité depuis des années ?!

Le rêve est un miroir qui reflète comment nous imaginons notre vie idéale. Il s’agit de notre subconscient qui essaie (parfois plus explicitement que d’autres) de nous transmettre des informations pour atteindre ce que nous recherchons réellement. Rêver est un moyen d’échapper à son quotidien, et parfois, de nous donner des objectifs de vie (« Je rêve d’une maison en bordure de mer et je travaillerai dur pour pouvoir réaliser ce rêve »). Bien souvent, le gain d’argent est une solution pour pouvoir atteindre certains de nos rêves les plus fous…

Quel est le rapport avec la publicité me direz-vous ?!

Eh bien, aujourd’hui j’ai décidé de vous montrer comment les campagnes de communication de la Française des Jeux se sont inspirées de cette partie-là du rêve, avec l’Euromillion

Tous les spots publicitaires de cet annonceur utilise cette problématique : « que feriez-vous si vous gagniez ? ». Tout au long de leurs spots le message est réalisé de telle manière, qu’à la fin, le public s’interroge lui-même sur le rêve le plus fou qu’il pourrait réaliser… si il gagnait.

A titre personnel, je trouve la dernière (vous trouverez le lien ci-dessous) particulièrement explicite : un homme arrive avec sa « valise à rêve » et le dépose auprès du « Bureau des Rêves », on en déduit que c’est ce que tout participant fait inconsciemment lorsque que celui-ci dépose son bulletin auprès de son buraliste. C’est alors qu’une fois le spot terminé, la Française des Jeux laisse alors le public libre à son imagination : qu’il y aurait-il dans votre valise de rêve ?

Et c’est un ticket gagnant pour l’Euromillion, qui réussit grâce à un ton humoristique à toucher directement l’inconscient de sa cible, tout en évitant la barrière de la Raison .

 

«  – C’est un jeu, tous les matins au réveil on te donne 86 400 dollars, avec pour seule contrainte de les dépenser dans la journée, le solde non utilisé étant repris quand tu vas te coucher, mais ce jeu peut s’arrêter à tout moment. Alors la question est : que ferais-tu si un tel don t’arrivait ?

(…)

– Chaque matin, au réveil, nous ne sommes crédités de 86400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir il n’y a pas de report à nouveau, ce qui n’a pas été vécu dans la journée est perdu, hier vient de passer. Chaque matin cette magie recommence, nous sommes recrédités de 86400 secondes de vie, et nous jouons avec cette règle incontournable: la banque peut fermer notre compte à n’importe quel moment, sans aucun préavis : à tous moment, la vie peut s’arrêter. Alors, qu’en faisons-nous de nos 86400 secondes quotidiennes ? Cela n’est-il pas plus important que des dollars, des secondes de vie ? »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s